Publication de : « Le jour qui s’attarde »

Bonjour,
 
j’ai le grand plaisir de publier mon quatrième recueil de poésie, "Le jour qui s’attarde".
Un livre hommage à deux immenses poètes, Anise Koltz et Dorotea Montoya Sánchez.
Les éditions Éclats d’encre ont fait un travail remarquable.
Beaucoup de bonheur et de satisfaction.
 
Un merci sincère à Sandrine Fay et à tous ceux qui m’encouragent.
 
«Le livre se referme
avec toi.
Des images et l’écho
caracolent
dans le jour
qui s’attarde.»
Christophe Condello vit à Laval où il a été membre du conseil d’administration de la société littéraire et aussi assistant
à la direction, chargé du volet poésie, de la revue « Brèves littéraires ».
Après « Les jours fragiles » (Le Noroît, 1997), « L’ailleurs éparpillé » (Le loup de Gouttière, 2005), « La seconde
résurrection
» (Cygne, 2007), « Le jour qui s’attarde » (Éclats d’encre, 2007) est son quatrième recueil de poésie.
 
Vous pouvez vous procurer le livre en librairie, auprès de l’auteur ou de la maison d’édition:

Eclats d’encre, 14, rue Gambetta,
78 600 Le Mesnil-Le-Roi
Tel 01.34.93.40.71 __ Fax 01.39.12.11.55
www.eclatsdencre.com

http://eclats.free.fr/

 

Publicités

Les premiers oiseaux

Une caresse très tendre
montre la nuit aux étoiles

dépose dans nos yeux
une mémoire qui défile

et les premiers oiseaux.
                         cc
 

Recensement de Pierre Maubé

Voici un texte de Pierre Maubé qui est très explicite:

 

3400 «établissements documentaires» français (appelons-les bibliothèques) répertorient leurs collections de périodiques dans le Sudoc (Système universitaire de documentation).

Il s’agit principalement de bibliothèques universitaires et de recherche, mais également (seulement pour les périodiques) des plus importantes bibliothèques de lecture publique (municipales et départementales). 

Environ 400 revues françaises publient de la poésie contemporaine, ou en parlent régulièrement.

Sur ces 400 revues, retenons-en 26, les plus souvent citées, reprises ou commentées. 

Pour chacune de ces 26 revues, combien des 3400 bibliothèques du Sudoc (non compris la Bibliothèque nationale de France, alimentée par le Dépôt légal) déclarent en posséder au moins quelques numéros (ce qui ne signifie pas, loin de là, la collection complète ou un abonnement en cours) ?

 

Action poétique :               43 bibliothèques sur 3400.

ARPA :                             15 bibliothèques sur 3400.

Aujourd’hui Poème :         8 bibliothèques sur 3400.

Autre Sud :                        53 bibliothèques sur 3400.

La Barbacane :                 17 bibliothèques sur 3400.

Contre-allées :                   1 bibliothèque   sur 3400.

Décharge :                        4 bibliothèques sur 3400.

Diérèse :                           0 bibliothèque   sur 3400.

Encres vives :                   14 bibliothèques sur 3400.

Friches :                           7 bibliothèques sur 3400.

Ici et là :                           1 bibliothèque  sur 3400.

Java :                              4 bibliothèques sur 3400.

Lieux d’être :                    7 bibliothèques sur 3400.

Le Mâche-Laurier :          7 bibliothèques sur 3400.

Multiples :                       11 bibliothèques sur 3400.

Nioques :                         11 bibliothèques sur 3400.

Le Nouveau Recueil :       28 bibliothèques sur 3400.

Po&sie :                           58 bibliothèques sur 3400.

Poésie première :              3 bibliothèques sur 3400.

Rétro-Viseur :                   8 bibliothèques sur 3400.

La Sape :                         7 bibliothèques sur 3400.

Sarrazine :                       2 bibliothèques sur 3400.

Siècle 21 :                        9 bibliothèques sur 3400.

Supérieur inconnu :          6 bibliothèques sur 3400.

Verso :                              3 bibliothèques sur 3400.

Voix d’encre :                   1 bibliothèque   sur 3400.

 

Dites ce mot : « Sudoc », et retenez vos larmes… « La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil », nous rappelle René Char. Certes, et peut-être aussi une entrée en résistance – ou en reconquête ?

 

 

Pierre Maubé, maubepierre@yahoo.fr, le 30 octobre 2007.

http://poesiemaintenant.hautetfort.com

CroûtOthon

Bonjour,
je publie quelques poèmes sur un site original:
 
Je vous invite toutes et tous à aller y faire un tour.

Octobre

La nuit se couche.

J’avance.

Mon corps porte les traces de ton parfum.

L’herbe séchée de tes doigts encore dans mes cheveux.

Les cloches silencieuses d’une église m’arrachent le cerveau.

J’avance.

Je ne parle plus que ta langue.

Et des mots oubliés sur des pierres d’autrefois.

Une mémoire incontrôlable entre en moi.

Je sais qu’elle peut tuer de bien des manières.

Mon regard pénètre l’horizon.

J’avance.

Et je crois en toi.

La distance écrase les doutes à l’infini.

Des phares tous plus brillants les uns que les autres ajoutent de l’ombre sur ma route.

Les étoiles habillent mes épaules et me font perdre la tête.

Je change de voix dans le brouhaha de la solitude.

J’emprunte un chemin de traverse.

Je ne respire plus que la floraison de l’automne.

J’avance vers une nouvelle constellation.

J’accélère.

Et je ferme les yeux.

 

                                                           cc

Camille Bazbaz

Voici une belle chanson de Camille Bazbaz, Sur le bout de la langue:

Un pas

Le long d’un chemin,

je m’estompe.

Un pas puis un autre

mesurent l’horizon

infini

devant moi.

                                      cc

Follow Christophe Condello on WordPress.com