Juan Gelman


«La poésie n’est, en fin de compte, que parole calcinéé »
 
 

Le mot
Il habite dans l’ombre le mot qui te nommerait.
Quand il te nommera tu seras ombre. Tu crépiteras dans la bouche qui t’a perdue pour t’avoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Follow Christophe Condello on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :