Christophe Condello

"Je cherche ce qui ne se trouve pas"
                                   cc
Publicités

Christophe Condello

"La jeunesse du coeur appartient aux êtres éclairés"
                                               cc

Christophe Condello

"Le silence, dans toutes ses versions, est universel"
                                       cc

Christophe Condello

"La poésie seule peut franchir toutes les frontières, même celles qui délimitent nos âmes"
                                                                         cc

Solovox

SOLOVOX
Soirée de poésie et musique tous les
derniers mercredis du mois

Mercredi, le 27 août 2008
à 20 hres 30
à L’ESCALIER (ancien UTOPIK)
552, rue Ste-Catherine Est
(métro Berri)

avec ÉRIC ROGER et ses invités :

DANIEL LEBLANC-POIRIER « La lune n’aura pas de chandelier » Éditions de L’Hexagone
BENOÎT PONTON « Quelques pétales de proses »
MARIE-CHARLOTTE AUBIN « Jusqu’à l’ivoire tempête »
CARL MAGNAN « Saisons en amérique »
RÉAL FERLAND « Ombre »
VALÉRIE CÔTÉ « Je suis une poussière dans l’engrenage des métaphores »
LUCE PELLETIER « Les petits riens »
JUNE « Ça me brûle des ailes »
ÉLIAN CHEVRIER « Seigneur de moi-même »
* * * MICRO OUVERT ! * * *

Catrin Godin

Voici la présentation d’une auteure que j’aime bien:
 

Née à Québec en 1965, Catrin Godin a fait des études en arts plastiques à Sainte-Foy. Établie à Montréal depuis 1989, elle poursuit son travail en arts visuels et en littérature. Elle a participé à plusieurs lectures. Elle collabore en 2004 et 2005 à l’édition mensuelle de francopolis.net qui promeut la poésie et la littérature de la francophonie. Les ailes closes est son premier titre publié en 2006. Active sur aurorepoetique.com, Catrin considère internet comme un vaste laboratoire d’impact, un espace de recherche et d’échange interessant parce qu’éclectique, universel, et qu’il exige une grande ouverture d’esprit, du recul et de la rigueur.

 

Suite urbaine
(à trois vitesses)
 
*
 
Ils sortent
éblouis de jour

ils sortent se bousculent
courent se précipitent se trompent
à gauche – non vite à droite vite
ils courent prisonniers des cellulaires
en traversant les ivrognes
à la bouche du métro
pressés
les gens courent sur les oiseaux
 
*
 
Midi
balance des cloches
dansent

les églises
le ciel est un manège
je regarde
grise
une pagaille d’ailes
 
quelque chose déchire
l’air ou l’herbe de juin
le fait d’être

 
assise
 
ton absence
comme un vertige
 
*
 
Le jour dore
le flanc
des arbres pleut 
des guêpes saoules
fatiguent
l’été
les enfants
jouent
«encore un peu, maman»

au loin le ciel éclate

lave ses moiteurs
 
*

Christophe Condello

"Il n’y aura de printemps que dans le pardon"
                                    CC

Christophe Condello

"Être un homme, c’est enfin réussir à trouver son propre chemin, même si celui-ci est encore inexploré"
                                                                cc

Christophe Condello

"Le feu est la première aube de l’humanité"
                                 cc

Bernard Baruch

Des millions de gens ont vu tomber une pomme, Newton est le seul qui se soit demandé pourquoi.
[ Bernard Baruch ]

Previous Older Entries

Follow Christophe Condello on WordPress.com