1ère vidéo de Ludovic Condello

 

Publicités

Gabrielle Boulianne-Tremblay

Nous avions l’habitude de pleurer sur le cadavre de la forêt. Quand le soir tombait, nous tombions avec lui. Il me reste ton rire à travers les saisons. Mais la solitude n’est plus meurtrière. Les torrents épousent mes courbes, me confectionnent le plus confortable des habits. La respiration sous l’eau guérit les plaies. Toute une colonie de peupliers traverse mon ventre et enraye la chute

https://www.facebook.com/GabrielleBoulianneTremblay/

Entre tes cuisses

Qu’ai-je à chercher
toujours
un instant qui viendra
peut-être pas

qu’un nuage s’éclipse
derrière
l’éblouissant éclat
de ton aurore

qu’ai-je à chercher
encore
ce qui n’est pas….

Christophe Condello

1er août 2017

Follow Christophe Condello on WordPress.com