Givre


Mes yeux voient encore

cette vieille maison           blanchie

cachée derrière les bosquets

des heures anciennes

 

où rien ne contredit le noroît

 

si nous avons été ce qui s’est tu

et le silence

 

qui entaille les ciels

de givre

 

cette voûte lactescente

où nous aurions pu nous aimer

 

Christophe Condello 17/02/2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Follow Christophe Condello on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :