Pierre Yergeau


*

C’est une histoire entre un somnambule et une illusion

Ou c’est peut-être juste quelques mots sur du papier

Des paroles que l’on murmure avant d’aller se coucher

L’amour a besoin du territoire de ton corps

Cette nuit les étoiles ressemblent à des oiseaux malades

*

Dans les chambres d’hôtel où tu déposes tes valises
L’ascenseur est bloqué au lever du soleil
J’ai un mot pour chaque chose perdue et retrouvée
Peut-être que c’est un jour de carnaval
Peut-être que tu crois que la vie est une erreur

*

C’est une histoire entre un somnambule et une illusion
Ou c’est peut-être juste quelques mots sur du papier
Des paroles que l’on murmure avant d’aller se coucher
L’amour a besoin du territoire de ton corps
Cette nuit les étoiles ressemblent à des oiseaux malades

*

Je connais des poèmes qui n’ont pas de fin
Les poètes les écrivent sur des serviettes en papier
Qu’ils oublient dans les restaurants et les mots
Parmi les déchets sont des mots d’amour et des vœux
Si beaux si monstrueux qu’ils font perdre la raison

*

Les histoires ne sont pas une suite de phrases
On cherche longtemps quelle est la position de départ
À quel moment l’amour fait que l’on est
Si heureux que l’on ne ressent plus la pointe des couteaux
Comme si tu avais atteint une cible un achèvement

*

Né en 1957, Pierre Yergeau est un écrivain québécois originaire de l’Abitibi. Détenteur d’un baccalauréat en allemand et en italien, de même que d’une maîtrise en littérature comparée consacrée à Borges, il a pratiqué différents emplois (agriculteur, mineur, professeur d’anglais, ouvrier de la construction, traducteur, scénariste) avant de se consacrer à l’écriture. En 1992 paraît son premier livre, un recueil de nouvelles intitulé Tu attends la neige, Léonard? qui lui vaut l’enthousiasme et les éloges de la critique. Depuis, Yergeau a publié une œuvre protéiforme au croisement du roman et de la nouvelle et répartie selon deux cycles dominants : la “saga de la famille Hanse” et les récits de la “ville-île”. Si le premier cycle, regroupant les œuvres L’écrivain publicLa désertionLes amours perdues et La Cité des vents, constitue la série abitibienne de l’auteur, traitant de l’enfance et de la question de l’origine et du recommencement, le second, composé de La complainte d’Alexis le trotteur, de 1999 et de Du virtuel à la romance, se déroule plutôt dans un Montréal de perdition.

Historique des prix reçus:

  • 1993 – Finaliste pour le Prix du Gouverneur général, Tu attends la neige, Léonard?
  • 1993 – Prix du Signet d’Or, Tu attends la neige, Léonard?
  • 1997 – Finaliste pour le Prix des libraires du Salon du livre de Québec, L’écrivain public
  • 2002 – Finaliste pour le Prix du Gouverneur général, La désertion
  • 2005 – Prix Ringuet, Les amours perdues
  • 2006 – Mention spéciale du Prix des cinq continents de la francophonie, La Cité des vents

Bibliographie:

  • Tu attends la neige, Léonard ? (1992)
  • La complainte d’Alexis le trotteur (1993)
  • 1999 (1995)
  • L’écrivain public (1996)
  • Ballade sous la pluie (1997)
  • La recherche de l’histoire (1998)
  • Du virtuel à la romance (1999)
  • La désertion (2001)
  • Banlieue (2002)
  • Les amours perdues (2004)
  • La Cité des vents (2005)
  • Conséquences lyriques (2010)
  • Le père d’Usman (2015)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Follow Christophe Condello on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :