Automne

 

Des oies blanches
découpent le ciel
les présages sont tranchants
Octobre montre les dents
Christophe Condello
12/10/2017


Plus

Publicités

Citation de Christophe Condello

La folie se résume-t-elle à trop de certitude?

Christophe Condello

11/10/2017

Publication sur le site POÈMES

https://www.poemes.co/nancy-poeme.html

 

Film de Ludovic Condello

Citation de Christophe Condello

Malgré les pages arrachées, les ratures, nous n’écrivons notre vie qu’une seule fois

Christophe Condello

1ère vidéo de Ludovic Condello

 

Gabrielle Boulianne-Tremblay

Nous avions l’habitude de pleurer sur le cadavre de la forêt. Quand le soir tombait, nous tombions avec lui. Il me reste ton rire à travers les saisons. Mais la solitude n’est plus meurtrière. Les torrents épousent mes courbes, me confectionnent le plus confortable des habits. La respiration sous l’eau guérit les plaies. Toute une colonie de peupliers traverse mon ventre et enraye la chute

https://www.facebook.com/GabrielleBoulianneTremblay/

Entre tes cuisses

Qu’ai-je à chercher
toujours
un instant qui viendra
peut-être pas

qu’un nuage s’éclipse
derrière
l’éblouissant éclat
de ton aurore

qu’ai-je à chercher
encore
ce qui n’est pas….

Christophe Condello

1er août 2017

Juste te dire

Je veux juste te dire
que tes yeux et ton rire
illuminent le chemin
de nos rêves sans fin

Te décrire la beauté
de nos nuits étoilées
défiant l’éternité
le bleu et l’immensité

Que les joies espérées
tu les as inventées
sous tes jupes fendues
de mille fruits défendus

Et malgré ton départ
l’obscurité des phares
à chacun des matins
je suis moi je suis bien

Au delà de la mort
nous sommes les plus forts
rien ne brise nos liens
rien ne brise nos mains

Tu demeures la lumière
une chaleur sur les pierres
un souvenir soudain
ce présage divin

Je veux juste te dire
que tes yeux et ton rire
illuminent mon chemin
illuminent demain

Je veux juste te dire
que tes yeux et ton rire
illumninent mon chemin
illuminent demain

Christophe Condello
2014

Haikus

La chute
d’une feuille
comme une caresse

 

Le vent
nous emporte
après le jour

 

La poussière
du temps et moi
attendons ta trace

 

Dans le ciel
un poème
de passage

 

Au dessus de nos toits
des oiseaux
dessinent le matin

 

Dans ton ciel
des nuages
pop-corn

 

Octobre arrive
les arbres généreux
offrent leurs manteaux

Previous Older Entries

Follow Christophe Condello on WordPress.com