Poèmes de Gatien Lapointe

*

Quelle est cette tige à cinq branches
Jetée en travers de mon corps
Est-ce une main profonde et fluide
Est-ce l’ombre tremblante d’un oiseau
Quels sont ces cinq Grands Lacs
Flottant comme de grandes fleurs sur ma poitrine
Fleuve dont les flots m’entraînent m’enchaînent
J’apprendrai la phrase âpre et belle de tes rives

*

Je souffle sur les œufs brûlants du temps
J’émiette la terre dans ma bouche
Je respire l’odeur des racines
Une figure bouge au plus clair de l’oracle

Trouverai-je jamais réponse

Animal je crie à contre-vent
Ô terre où le soleil est beau
Ce jour est déjà une éternité
Et ma main cherche sans comprendre

Le monde est une grande blessure incompréhensible.

*

Mon front d’humus et de vents verts
Mon front raconte l’infaillible souvenir
J’ordonne une sombre forêt
Je creuse le frisson du fleuve

L’événement me révèle tous mes visages.

*

Je prends dans mes mains le cœur du monde
Je regarde ma solitude
Rien n’a de prix qui n’est donné
Rien ne vit qui n’est partagé

Le monde est un grand amour qui se cherche.

*

Notre sang fleurira sur les veines du sol

Notre langue a le poids de nos poings nus

Notre jeunesse affirme un songe nécessaire

Car nos yeux sont les yeux souffrants de l’arbre

Nos bouches sont des feuilles en plein vent

Et nos bras des branches portant la pluie

Et toute la mémoire su soleil

Mon pays a franchi ses frontières de mort

Mon pays sort debout sur le seuil du printemps

Là-bas à l’Est un fleuve se mêle à la mer

La mer a pris mon pays par la main

Pour la douceur et les tourments du monde…

*

Ma bouche est une double cicatrice

Un double horizon découpe mes yeux

Vulnérable on m’a jeté parmi les hasards

Je ferai une échelle de mon corps

Et étendrai mes bras en largeur de la terre

Je me tiendrai debout entre deux vents contraires

Mon enfance est un sapin plein de neige

Mon enfance est un prisme dans l’espace.

*

Gatien Lapointe, poète, prof. et éditeur (Sainte-Justine-de-Dorchester, 18 déc. 1931 — Trois-Rivières, 15 sept. 1983). Surtout connu pour son Ode au Saint-Laurent, il est aussi l’auteur d’une oeuvre abondante regroupant une dizaine de recueils. Il étudie d’abord au petit séminaire de Québec, puis à l’École des arts graphiques de Montréal et à l’Univ. de Montréal, où il obtient une maîtrise en littérature. Il publie Jour malaisé en 1953 et Otages de la joie deux ans plus tard. Il voyage ensuite en Europe de 1956 à 1962 et suit des cours au Collège de France et à la Sorbonne. En 1962, on lui décerne le prix du Club des poètes pour Le Temps premier. De retour au Québec, il mérite le prix Du Maurier, le prix de la province de Québec et le PRIX LITTÉRAIRE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL pour l’Ode au Saint-Laurent, parue en 1963. Il est à nouveau récipiendaire du prix de la province de Québec en 1967 pour Le Premier Mot. Il enseigne alors au collège militaire, à Saint-Jean-sur-Richelieu.

Il devient prof. à l’Univ. du Québec à Trois-Rivières en 1969. Parallèlement à son enseignement, il fonde et anime les Écrits des Forges, maison d’édition presque exclusivement orientée vers la poésie. En 1980, après 13 ans de silence, il reprend la publication de son oeuvre. Paraissent alors successivement Arbre-radarBarbare inouïCorps et graphiesCorps de l’instant et Le Premier Paysage. Dans ces derniers recueils, le poète s’éloigne du lyrisme et du thème du pays pour se tourner vers le corps et l’instant avec un sens aigu de la modernité. Cependant, on y ressent toujours la même intensité, la même sensibilité et la même exigence qui font l’unité et la valeur de son oeuvre, l’une des plus riches de la poésie québécoise.

Le poète du Québec?

Gatien Lapointe

Pendant que Perceval tombait de Tania Langlais

Extrait:

*

cette histoire n’ira pas bien
on meurt à la fin
piétiné par un cheval
gris pommelé
c’est une histoire qui fait du bruit
les sabots le sang
maintenant courez

*

le chant de Perceval
est une bête difficile
une histoire qui hurle
je suis une bête
difficile

*

c’était l’été il y avait
la belle que voilà
bleu myosotis
pendant que Perceval tombait
tu jouais
une berceuse de Brahms

*

je ne saurai pas t’expliquer
les vagues comme
l’extrême
fixité
des choses qui passent

*

le cœur est sans doute
une histoire
au plus un bruit
certains diront : murmure
quelque chose a parlé tout bas
de recommencer les vagues

*

tout cela se passe en une journée
imagine le soleil
mon amour mort
quelque chose a erré
brûlé mes yeux

*

tu aimes les mouettes
c’est beau à voir
les oiseaux tristes, dis-tu
je trouverai
une fin fabuleuse
les bateaux retiendront leur souffle
tu peux te reposer

*

la maison s’est tue
après le ciel
deux ormes déchirés
cette nuit-là
pendant que tu tombais
une louve allaitait Rome
pour réparer le monde

*

undefined

Finaliste du Prix du Gouverneur général du Canada

Tania Langlais est née à Montréal en 1979. Elle détient une maîtrise en études littéraires, profil création, de l’UQÀM. Elle a participé à plusieurs lectures publiques, entre autres au Festival Voix d’Amériques et au Festival de Poésie de Trois-Rivières. On retrouve ses textes dans de nombreuses anthologies au Québec et à l’étranger.
En 2000, à 20 ans, elle a remporté le Prix Émile-Nelligan avec son recueil Douze bêtes aux chemises de l’homme, ce qui en fait la plus jeune lauréate à ce jour. De plus, elle a remporté le Prix Jacqueline-Déry-Mochon en 2001, le Premier Prix de poésie de Radio-Canada en 2002 et le Prix Joseph-S. Stauffer en 2005. Elle enseigne le français au niveau collégial et pratique l’équitation.

LITTÉRATURE: Célébrer Tania Langlais – En toutes lettres

Mes forêts d’Hélène Dorion

EXTRAITS:

Mes forêts sont de longues traînées de temps
elles sont des aiguilles qui percent la terre
déchirent le ciel
avec des étoiles qui tombent
comme une histoire d’orage
elles glissent dans l’heure bleue
un rayon vif de souvenirs
l’humus de chaque vie où se pose
légère      une aile
qui va au cœur

mes forêts sont des greniers peuplés de fantômes
elles sont les mâts de voyages immobiles
un jardin de vent où se cognent les fruits
d’une saison déjà passée
qui s’en retourne vers demain

mes forêts sont mes espoirs debout
un feu de brindilles
et de mots que les ombres font craquer
dans le reflet figé de la pluie
mes forêts
sont des nuits très hautes

*

Il fait un temps d’insectes affairés
de chiffres et de lettres
qui s’emmêlent sur la terre souillée
un temps où soufflent des vagues
au-dessus des vagues

dans nos corps
il fait un temps d’arn
de ram      zip et chus
sdf et vip
il fait triple k
usa      made in China
un temps de ko
pour nos émerveillements
il fait casse-gueule
un bruit de ferraille
déchire le paysage
comme un vêtement usé

il fait refus et rejet
un temps de pixels     d’algorithmes
qui nous projettent
sur des routes invisibles
avec l’avenir comme promesse
que le vent dévore aussitôt
un peu d’écorce et de feu
au creux de la main
il fait chimère
et rêve de rien du tout
un siècle de questions rudoyées

le bord d’une falaise
où chutent nos poèmes
et la neige
nous apprend à perdre
tout ce que l’on perdra

*

Je n’ai rien déposé
au pied du chêne      rien
à l’ombre du saule

je ne me suis adressée ni aux faibles
ni aux puissants

je n’ai pas vu le veilleur
à l’entrée de la mer
pas vu le jardinier cueillir le crocus

d’un printemps
pas trouvé
le miel et la soie

pas vu le ciel      dans l’étang
quelque chose de la solitude
rien
qui laisse paraître la déchirure

je me suis assise au milieu de ces vastes alliés
sans voix
le temps continue
de s’infiltrer dans la terre
gorge les rochers

le pas des animaux
s’accorde à la lumière
par la lenteur du monde
je me laisse étreindre
je n’attends rien
de ce qui ne tremble pas

*

Ce sera comme un souvenir
qui s’ouvre.     ce sera une main
avec de longues lignes enchevêtrées
la langue de nos destins
impossible à lire.     ce sera
la sensation du corps
dans les humeurs de la terre

ce sera comme une soif de clairière
dans le fracas des ombres
l’empreinte d’un avenir
plus haut que la forêt.     ce sera
l’épine indécise
entre l’écorce et le noyau

ce sera un peu de lumière
pour décider du paysage

Son nom semble la relier à une constellation, mais sa présence au monde la rend indissociable des paysages qu’elle traverse : Hélène Dorion vit environnée de lacs et de forêts, de fleuves et de rivages, de brumes de mémoire et de vastes estuaires où la pensée s’évase. Dans ce recueil voué aux forêts, elle fait entendre le chant de l’arbre, comme il existe un chant d’amour et des voix de plain-chant. « Mes forêts… », dit-elle dans un souffle qui se densifie de poème en poème. Et l’on entre à pas de loup dans une forêt de signes où l’on déchiffre la partition de la vie sur fond de ciel, sur fond de terre, sur fond de neige, de feuillages persistants et de flammes qu’emporte le vent, de bourgeons sertis dans l’écorce et de renouvellement. Un chemin d’ombres et de lumière, «qui donne sens à ce qu’on appelle humanité».

Une poète et une oeuvre MAJEURE: http://www.helenedorion.com/.

Hélène Dorion est née à Québec le 21 avril 1958. Elle y a fait ses études primaires et secondaires, au Collège Notre-Dame-de-Bellevue, puis ses études collégiales au cégep de Sainte-Foy, avant d’entrer à l’Université Laval où elle obtient, en 1980, un baccalauréat en philosophie, et en 1982 une maîtrise en lettres. Membre de la rédaction de la revue philosophique de la faculté, Considérations, elle y publie des textes de réflexion portant entre autres sur les présocratiques, Nietzsche et Camus. Un passage s’opère alors de la philosophie à la littérature, et en même temps qu’elle entreprend des études en lettres qui mèneront, en 1985, à l’obtention d’une maîtrise. Elle publie ses premiers poèmes en 1981 dans la revue Estuaire. L’année suivante, elle se joint au comité de rédaction de cette revue et y rencontre Suzanne Paradis et Michel Beaulieu qui l’inciteront à présenter son premier manuscrit, L’intervalle prolongé suivi de La chute requise, aux Éditions du Noroît qui le publieront en 1983.

En 1984, elle quitte Québec pour les Laurentides qu’elle habitera jusqu’en 2009. Elle enseigne la littérature durant six ans au cégep de Saint-Jérôme et continue à déployer une activité plurielle en s’impliquant dans la vie littéraire à différents titres : critique, membre de la rédaction de revues et collaboratrice à des émissions culturelles radiophoniques. En 1987, elle fait un premier séjour en Europe. Ses poèmes commencent alors à paraître dans diverses revues françaises et belges, et peu à peu ils seront traduits et publiés dans de nombreuses revues européennes. En 1990, une anthologie de ses poèmes paraît aux Éditions Le Dé Bleu, sous le titre La vie, ses fragiles passages, et le même éditeur publie, en coédition avec le Noroît, Un visage appuyé contre le monde.

En 1991, elle devient directrice des Éditions du Noroît. Durant cette période qui durera dix ans, en plus d’être éditrice, elle réalise une série audio de poésie et musique, conçoit et présente au Québec et en Europe des lectures-spectacles, prépare des anthologies de poètes québécois et préface de nombreux ouvrages. On lui doit entre autres une anthologie de poèmes de Saint-Denys Garneau.

En 1993, les directeurs des Éditions de la Différence, Colette Lambrichs et Joaquim Vital, l’invitent à publier dans leur maison. Elle y fera paraître par la suite tant ses livres de prose que de poésie. En 1994, elle participe pour la première fois à la Biennale internationale de poésie de Liège. Ses voyages commencent alors à se multiplier, en même temps que les traductions de ses livres, ce qui l’amène à participer à de nombreuses lectures publiques ainsi qu’à des colloques et festivals. Son œuvre reçoit plusieurs distinctions et prix littéraires au Québec et à l’étranger, et des revues européennes lui consacrent des dossiers et des numéros spéciaux. En même temps, son activité littéraire se diversifie : elle est membre de comités de rédaction de revues européennes et prépare à ce titre plusieurs numéros consacrés à la poésie québécoise, elle est lectrice pour des maisons d’édition et fait aussi partie de nombreux jurys, dont celui du prix francophone de poésie Louise-Labé. De 1999 à 2001, elle est écrivaine en résidence à l’Université du Québec à Montréal puis à l’Université de Montréal. Elle anime en outre des ateliers d’écriture. En 2002, elle tient une chronique régulière dans le magazine Relations.

Hélène Dorion est aussi l’auteure d’une quinzaine de livres d’artistes, ce qui l’a amenée à collaborer avec de nombreux artistes visuels québécois et européens.

Dans sa présentation de l’anthologie intitulée D’argile et de souffle parue en 2002 dans la collection de poche Typo, Pierre Nepveu écrit dans sa présentation de l’œuvre de Hélène Dorion : « nous avons besoin de sa quête intérieure, de cette immensité du dedans, de ce vent de l’âme que sa poésie ne cesse de faire souffler et de faire entendre, comme pour laver notre monde de ses scories, de ses bruits inutiles, de ses enjeux mesquins, afin d’y dégager un espace pur et un temps de vivre». Dans les années suivantes, elle publiera Jours de sable, roman pour lequel elle recevra le prix Anne-Hébert, en plus d’être en lice pour le prix des Libraires et le prix Spirale, et fera aussi paraître Sous l’arche du temps, un essai sur l’art et la création qui est suivi d’entretiens, de même que La vie bercée, un album pour la jeunesse illustré par Janice Nadeau, et qui sera en lice pour trois prix au Québec et en Europe.

En 2005, elle devient la première Québécoise à se voir décerner le prix de l’Académie Mallarmé, remis pour l’ensemble de son œuvre, à l’occasion de la parution de Ravir: les lieux. Ce livre lui vaudra aussi le prix du Gouverneur général du Canada.

En 2006, les Éditions de l’Hexagone font paraître une rétrospective de son oeuvre poétique intitulée Mondes fragiles, choses frêles et qui fait plus de huit cents pages. La même année, elle est élue membre de l’Académie des lettres du Québec et nommée Chevalière de l’Ordre national du Québec. Elle est aussi invitée à se joindre au comité de direction de la « Rencontre québécoise internationale des écrivains » et au comité de rédaction de la revue « Les Écrits ».

En 2008, lorsqu’elle reçoit le prix Charles-Vildrac pour son livre Le Hublot des heures, elle est alors la première Québécoise à recevoir un prix de la Société des Gens de Lettres de France.

En 2009 a lieu un colloque sur son œuvre à l’Université Paris-Nanterre, en collaboration avec l’UQAM, sous la direction de Jean-Michel Maulpoix et Évelyne Gagnon.

En 2010, elle publie L’Étreinte des vents pour lequel elle reçoit le prix de la revue Études françaises de l’Université de Montréal. Cette même année, elle est nommée Officière de l’Ordre du Canada.

En 2011, elle tient une chronique régulière dans le magazine Spirale. Elle reçoit aussi, pour l’ensemble de son œuvre, le prix européen Léopold-Senghor.

En 2012 elle fait paraître, aux Éditions de l’Hexagone, Coeurs, comme livres d’amour, finaliste aux prix du Gouverneur général du Canada, du Conseil des Arts et des Lettres du Québec, Marcel-Thiery et du Festival de poésie de Montréal.

En 2014, elle publie aux Éditions Druide Recommencements, roman salué par la critique et accueilli par un large public. Elle reçoit le prix des Écrivains francophones d’Amérique. Cette même année, elle se voit décerner une bourse de résidence de la prestigieuse Fondation newyorkaise Civitella Ranieri et séjourne à Umbertide, en Italie. À la suite de cette résidence d’artistes paraîtra Le temps du paysage, récit accompagné de ses photographies.

Son œuvre s’est méritée de nombreux prix littéraires (prix Alain-Grandbois, prix Aliénor, prix Wallonie-Bruxelles, prix du Festival de Roumanie), et elle est régulièrement invitée à présenter son travail au Québec et au Canada, en Europe, en Amérique latine et aux États-Unis. Ses livres sont traduits et publiés dans plus de quinze langues, notamment en anglais, en espagnol, en catalan, en italien, en macédonien, en russe, en serbe et en allemand.

Des thèses, des mémoires et des numéros de revues ont été consacrés à son œuvre, de même qu’un ouvrage collectif intitulé Nous voyagerons autour de l’être, et qui regroupe les collaborations d’auteur-es et de critiques.

Artiste multidisciplinaire, elle expose régulièrement de ses photographies, conçoit et présente des concerts littéraires, en plus de collaborer avec des compositeurs.trices et des chanteurs.ses.

Hélène Dorion a tenu durant quelques années une chronique régulière intitulée «Questions de sens» dans la revue Relations et a aussi collaboré avec l’Opéra de Montréal.

En 2015, l’orchestre Les Violons du Roy l’invite à concevoir avec eux un spectacle dans lequel elle lit de ses textes avec un quatuor à cordes. Ce concert littéraire, intitulé Au creux du temps, a été présenté à de nombreuses reprises, notamment à la Cinquième salle de la Place des Arts à Montréal et au Palais Montcalm à Québec.

En 2016, elle publie Le temps du paysage, ouvrage primé au Concours LUX (catégorie «Livre de photos») et finaliste au prix du Conseil des Arts et des Lettres du Québec, au prix Marcel-Couture du Salon du livre de Montréal et au prix Louis-Guillaume en France. Ce récit avec photographies a fait aussi l’objet d’une exposition qui a été présentée à Montréal, à Québec, en Estrie, dans les Laurentides et dans le Bas-Saint-Laurent.

Son livre de poèmes, Comme résonne la vie, paru en 2018 aux Éditions Bruno Doucey, fait l’objet d’un concert littéraire conçu avec l’orchestre Les Violons du Roy.

En mars 2020, elle publie aux Éditions Alto un roman intitulé Pas même le bruit d’un fleuve accueilli favorablement par la critique et un large public. Lauréate du Prix du Conseil des Arts et des Lettres du Québec – Artiste de l’année en Estrie 2020, les membres du jury ont mentionné que « cette écrivaine prolifique collabore à une multitude de projets rassembleurs où les disciplines convergent. Généreuse et très présente dans sa communauté, elle participe à la vie culturelle estrienne en prenant part à divers événements, rencontres et tournages ».

À l’automne 2021 paraît aux Éditions Bruno Doucey un nouveau livre de poèmes intitulé Mes forêts.

Pour sa contribution remarquable à la littérature québécoise, elle a reçu le prix Athanase-David 2019, la plus haute distinction décernée par le Gouvernement du Québec en littérature. Le jury a ainsi commenté : « Avec simplicité et beauté, ses ouvrages sondent l’intime de l’être. Ils invitent à la réflexion sur le sens de l’existence humaine. Courts, fluides et profonds, ses textes à la trompeuse facilité reflètent plutôt une écriture maîtrisée. Par la modernité de ses écrits, leur sagesse et leur intégrité, l’écrivaine jette un regard sur les défis que rencontre le monde actuel. »

Hélène Dorion - Babelio

La poésie partout

https://www.facebook.com/poesiepartout

Quelques photos de la performance de sortie de résidence de David Leduc//Le Grand Slack au parc Jean-Narrache. Complices de slam: Antoine Leclerc et Annie Girard, performance du poète José Acquelin et micro-ouvert 🔥 Merci David pour cette soirée où il a fait bon de parler, pour citer Jean-Narrache, « franc et cru », et pour toustes celleux qui « parl’nt jamais » 🎤

Peut être une image de 1 personne et dehors
Peut être une image de 1 personne, debout, dehors et arbre
Peut être une image de 1 personne, dehors et arbre

Poèmes d’Émeric de Monteynard

*

Rien n’est plus ici à décorer.

La pierre est souffle.

Des bleus chinés, aux ocres moirés.

Des roses diaprés de rouges, ou l’inverse.

Un violet, violet, qui tire sur le pourpre et le mauve.

Et le noir, ici, est ourlé d’un blanc d’argent, poudré, crayeux ou très lunaire.

Des verts pastels.

Un jaune japon presque irisé.

*

Dans ton corps
Tant de courbes

Se croisent

Il y a
Tant de silences

A déplacer

Que nous finirons
En miettes.

*

À combien d’anges
A-t-on déjà parlé ?

Combien d’autres
Entrevus

Dans ce creux d’une épaule,

Dont nous cherchons
Les traces encore

À genoux ?

Combien d’autres si bien,
Si mal ignorés,

À qui,
Désormais,
Nos yeux

Vont manquer ?

*

Que seraient

La houle et la marée,

Sans rêve,

Ni falaise à creuser,

Sans cet horizon

Qui les dresse

Au-delà,

Au-delà

Des forces qu’il faut

Pour écoper la lumière

Des corps

Qui sombrent

Et se dispersent ?

*

Né en 1956, Emeric de Monteynard vit et travaille à Paris, mais c’est dans la Hague, face à la mer, qu’il se ressource et assemble ses mots, à haute voix, pour que ceux-ci sonnent ce qu’ils disent. En 1992, il rencontre Guillevic avec qui il se lie. Mais c’est son professeur de français, Joseph Pérard, un ami de Max Jacob, qui lui fera goûter à ce toucher si particulier des mots.

« À lire autant de sensualité et de sensibilité, vous ouvrez une voie. Il y a en vous, une exigence, un besoin de netteté, de pureté oserais-je dire, que vous exprimez fort bien » (Guillevic).

Trois de ses recueils de poésie ont été remarqués et soutenus par le CNL. Un autre a reçu le Prix Amélie Murat.
http://www.emericdemonteynard.fr

Bibliographie

– Devenir chemin, L’Arbre à paroles, 2020
– Ecalgrain, L’Arbre à paroles, 2018
– Force est d’écrire aimer, L’Arbre à paroles, 2017
– Ecoper la lumière, L’Arbre à paroles, 2015
– Pétra, s’égarer vers le ciel, Tertium éditions, 2014
– Aimer, le dire, Maelström, collection bookleg, 2014
– Ce qui, la nuit, L’Arbre à paroles, 2012
– Aux arbres penchés, L’Arbre à paroles, 2006 – Prix Amélie Murat 2008
– Toucher les doigts du sourcier, Eclats d’encre, avec le soutien du CNL 2004
– Flanqué d’un sourire, Del Arco, 2004
– Dans ce tremblé des dires, Eclats d’encre, avec le soutien du CNL 2003
– Concéder l’or et le bleu, Eclats d’encre, avec le soutien du CNL 2002
– Aimer, le dire, Eclats d’encre, 2001
– Le Petit homme qui brûlait, Editions du Laquet, 2001

Emeric de Monteynard

Poèmes d’André Du Bouchet

*

La poésie
c’est refuser la vie – partie par partie –
pour l’accepter toute entière –

*

J’ai vite enlevé
cette espèce de pansement arbitraire

je me suis retrouvé
libre
et sans espoir

comme un fagot
ou une pierre

je rayonne

avec la chaleur de la pierre

qui ressemble à du froid
contre le corps du champ

mais je connais la chaleur et le froid

la membrure du feu

le feu

dont je vois
la tête

les membres blancs.

*

L’absence qui me tient lieu de souffle recommence à tomber sur les papiers comme de la neige. La nuit apparaît. J’écris aussi loin que possible de moi.

*

J’ouvre mon cahier devant la montagne
quand la montée me force à ralentir
j’écris
terre tenace
à laquelle j’adhère
comme si la montagne
venait s’asseoir sur mes yeux.

*

Le jour qui s’ouvre à cette déchirure, comme un feu
détonnant. Pour qui s’arrête auprès des lointains. Le
même lit, la même faux, le même vent.

*

André du Bouchet passe son enfance en France jusqu’à la débâcle de 1940 qui le jette sur les routes, avec le dictionnaire Bailly de grec sous le bras. Sa famille s’exile aux États-Unis où il passe son adolescence, et mène ses études à l’université d’Harvard, devenant même professeur d’anglais.

André du Bouchet revient en France à la fin des années 1940, et commence à écrire des critiques sur Victor Hugo, Baudelaire ou Shakespeare. Ses premiers écrits poétiques des années 1950 paraissent sous la forme de plaquettes qui seront plus tard refondues dans son opus majeur, Dans la chaleur vacante .

Sa poésie exigeante, réfractaire à tout embrigadement, s’inscrit dans le sillage de Stéphane Mallarmé et voisine avec celle de Pierre Reverdy ou René Char elle ouvre sur un paysage dans lequel erre l’homme, hiératique et pourtant central. Il est le cofondateur en 1967 avec Yves Bonnefoy et Jacques Dupin de la revue L’Éphémère , qui accueille des poètes comme Philippe Jaccottet ou Paul Celan.

Parallèlement à son travail poétique, André du Bouchet écrit des livres de critiques d’art, sur PoussinSeghers ou ses contemporains et amis Alberto GiacomettiBram van Velde et Pierre Tal Coat. Ceux-ci illustreront de nombreux livres d’André du Bouchet.

Il signe aussi de nombreuses traductions comme celles de Friedrich HölderlinOssip MandelstamFaulknerJoyce et Shakespeare.

Installé à Truinas dans la Drôme depuis de nombreuses années, André du Bouchet y décède le 19 avril 2001.

Bibliographie:
Air suivi de Défets 1950 – 1953, Fata Morgana
Dans la chaleur vacante, Mercure de France, 1961
Où le soleil, mercure de France, 1968
Qui n’est pas tourné vers nous. Essais sur Alberto Giacometti, Mercure de France, 1972
Ici en deux, Mercure de France, 1987
Désaccordée comme par de la neige, Tübingen, le 22 mai 1986, Mercure de France, 1989
Dans la chaleur vacante suivi d’Ou le soleil , Poésie/Gallimard n° 252,1991
Axiales, Mercure de France,992
Poèmes et proses, Mercure de France,1995
L’ajour, Poésie/Gallimard, n° 323, 1998
L’emportement du muet, Mercure de France, 2000
Traductions
Au Mercure de France
Paul Celan, Poèmes, traduit de l’allemand par André du Bouchet, collection Poésie, 1986
Friedrich Hölderlin, Poèmes, traduit de l’allemand par André du Bouchet, collection Poésie, 1986
Ossip Emilievich Mandelstam, Voyage en Arménie, traduit du russe par André du Bouchet, collection La Grappe, 1984
Aux Éditions Gallimard
William Faulkner, Le Gambit du cavalier, traduit de l’anglais par André du Bouchet, collection Du Monde Entier, 1951
James Joyce, Giacomo Joyce, traduit de l’anglais par André du Bouchet, collection Du Monde Entier, 1973

PWF | Andre du Bouchet

Poèmes de Christian Bobin

*

Les mots traversent l’éther de la page. A peine veut-on les saisir, entre deux doigts de fée, qu’ils meurent et renaissent plus loin : comme à ce jeu, vous en souvenez-vous, où il est question d’un bois, et où demande est faite au loup de signaler sa présence. Semblablement, le lecteur y est lorsque l’auteur n’y est plus, tous deux se cherchant en vain dans la forêt de Langue d’Or.

Lire. Déplier l’échelle qui est dans l’âme, dont les degrés se perdent de vue, vers le haut comme vers le bas.

*

Il faut que le noir s’accentue pour que la première étoile apparaisse.

*

Très peu de vraies paroles s’échangent chaque jour, vraiment très peu. Peut-être ne tombe-t-on amoureux que pour enfin commencer à parler. Peut-être n’ouvre-t-on un livre que pour enfin commencer à entendre.

*

Pour qu’une chose soit vraie il faut qu’en plus d’être vraie elle entre dans notre vie.

*

Écrire c’est parler à l’intérieur du silence, sans froisser le silence.

*

Vous ouvrez un livre et il vous entend.

*

Christian Bobin est un écrivain et poète français.

Après avoir étudié la philosophie, il a été rédacteur à la revue Milieux; il a également été infirmier psychiatrique.

Ses premiers textes, marqués par leur brièveté et se situant entre l’essai et la poésie, datent des années 1980. Ils sont publiés aux éditions Brandes, Paroles d’Aube, Le temps qu’il fait, chez Théodore Balmoral, et surtout chez Fata Morgana (où il publie notamment Souveraineté du vide et Lettres d’or).

Connaissant le succès à partir notamment d’Une petite robe de fête (1991), il reste un auteur assez discret.

En 1992, il rencontre un autre succès, grâce à un livre consacré à saint François d’Assise: Le Très-Bas, Prix des Deux Magots en 1993 et Grand Prix catholique de littérature. Il publie en 1996 La Plus que vive, hommage rendu à son amie Ghislaine, morte à 44 ans d’une rupture d’anévrisme.

Ses thèmes de prédilection sont le vide, la nature, l’enfance, les petites choses.

Christian Bobin est l’écrivain de l’introspection, avec peu de récits constitués, mais bien plutôt des fragments. Il parle lui-même de « tricotage » de textes !

Ses livres ouvrent sur une intériorité apaisée, comme après une tempête. 

Le poète fait l’éloge du presque rien :  » Nous n’avons que ça, la vie la plus pauvre, la plus ordinaire, la plus banale », mais en revanche,  » de temps en temps, nous revêtons un manteau de puissance, un manteau d’aisance » et il semble bon, pendant un temps, « d’apprendre à faire un pas en arrière, quitter ses sources, ses projets, ses ambitions – ils vous retrouveront – les quitter momentanément, et devenir pur regard« .

Chroniqueur, il tient la rubrique « Regard poétique » pour le bimensuel Le Monde des Religions.
Il a également préfacé ou postfacé quelques ouvrages, notamment deux livres de Patrick Renou.

Il reçoit le Prix d’Académie 2016 pour l’ensemble de son œuvre.

Un poète majeur et magistral.

  1. Le Huitième Jour de la semaine, Lettres Vives
  2. L’Enchantement simple, Lettres Vives
  3. Le Colporteur, Fata Morgana
  4. La Vie passante, Fata Morgana
  5. Un livre inutile, Fata Morgana
  6. La Présence pure, Le temps qu’il fallait
  7. L’Enchantement simple et autres textes, Gallimard
  8. La Présence pure et autres textes, Gallimard
  9. Éclat du Solitaire, Fata Morgana
  10. Le Plâtrier siffleur, Poesis

Christian Bobin : La Confiance (Les Racines du ciel / France Culture) -  YouTube

Poèmes de Bernard Noël

*

Tout espace tendu est intérieur. Quand l’étoile tombe, le ciel est une tête qui pense. Pour tendre l’espace, il faut être clair. Clair comme la nuit, car l’obscur est sans reflet.

*

il y a la main sur la bouche

tout ce qui couvre est pareil

impose même deuil

les lèvres jettent nos paroles

une pierre tombe de moins haut

on oublie

et quand on ne sait plus ce que l’on sait

la vie est à l’aise

un peu d’est-ce moi

rend la tempe douce

sous qui ai-je souffert

les os ont tout leur temps

le nom aussi

on dit que ce qui est écrit cache

la chose qui voulait l’être

c’est faire du mystère à peu de frais

il n’y a de mystérieux que le venir

et qu’il batte de l’aile sous l’écrit

et non pas au-dessus

les dieux d’autrefois se sont trompés

s’ils avaient aimé l’en-dessous

ils vivaient

*

il n’y avait plus d’envers
où terrer une idée
ni d’ombre pour la mousse

le sable avait bu le désir
qui prolongeait ce songe
et l’air ne portait plus

qui fut la proue du temps
quand l’heure revenue
montra le seuil dissous
et l’aile refermée

le chemin
le chemin n’était plus
que la voie du chemin sans chemin

*

Né le 19 novembre 1930 à Sainte-Geneviève-sur-Argence (Aveyron).
Grand prix national de poésie en 1992. Héritier du surréalisme sans en être l’épigone, proche de Georges Bataille, il a su donner à l’érotisme une dimension à la fois épique et désespérée. Son œuvre, d’une amplitude considérable, est celle d’un poète, d’un ro- mancier, d’un dramaturge, d’un critique d’art, mais aussi celle d’un penseur qui a pour visée essentielle de « rendre sens » et par là d’inventer un espace délivré de l’ordre marchand qui asservit autant les corps que les têtes.
Bernard Noël est mort le mardi 13 avril 2021, à une heure du matin.

Publications

  • Sur le peu de révolution, avec Michel Surya, Éditions de la Nerthe, 2020.
  • Un toucher aérien, avec des dessins de Bernard Moninot, Artgo & Cie, 2020.
  • Une machine à voir, Éditions Fata Morgana, 2019.
  • Le Poème des morts, Éditions Fata Morgana, 2017.
  • La Comédie intime, Éditions P.O.L., 2015.
  • Monologue du nous, Éditions P.O.L., 2015.
  • Un Temps sans lieu, Éditions Aencrages, 2015.
  • La Place de l’autre, Éditions P.O.L., 2013.
  • Le Roman de l’être, Éditions P.O.L., 2012.
  • Le Livre de l’oubli, Éditions P.O.L., 2012.
  • L’Outrage aux mots, Éditions P.O.L., 2011.
  • Les Plumes d’Éros, Éditions P.O.L., 2010.
  • Le jardin d’encre / El jardin de Tinta, Éditions L’oreille du Loup, 2008.
  • Réminiscences (18) – Ce Jardin d’Encre, Éditions Aencrages&Co, 2008.
  • Le reste du voyage, Éditions Seuil, 2006.
  • La vie en désordre, Éditions L’Amourier, 2005.
  • Les Yeux dans la couleur, Éditions P.O.L., 2004.
  • Un trajet en hiver, Éditions P.O.L., 2004.
  • Romans d’un regard, Éditions P.O.L., 2003.
  • La Peau et les Mots, Éditions P.O.L., 2002.
  • La Face de silence, Éditions P.O.L., 2002.
  • La Maladie du sens, Éditions P.O.L., 2001.
  • Le roman d’Adam et Ève, Éditions L’Atelier des Brisants, 2001.
  • Treize cases du je, Éditions P.O.L., 1998.
  • Le 19 octobre 1977, Éditions P.O.L., 1998.
  • Magritte, Éditions P.O.L., 1998.
  • La Langue d’Anna, Éditions P.O.L., 1998.
  • Le tu et le silence, Fata Morgane, 1998.
  • Le Reste du voyage, Éditions P.O.L, 1997.
  • La Castration mentale, Éditions P.O.L, 1997.
  • L’Espace du désir, Éditions L’Écarlate, 1995.
  • La Maladie de la chair, Éditions Petite bibliothèque Ombre, 1995.
  • La Castration mentale, Éditions Ulysse fin de siècle, 1994.
  • Le Syndrome de Gramsci, Éditions P.O.L, 1994.
  • L’Ombre du double, Éditions P.O.L, 1993.
  • La Chute des temps, Éditions Poésie/Gallimard, 1993.
  • Le Château de Cène, Éditions Jérôme Martineau, 1992.
  • Les premiers mots, Éditions Flammarion, 1990.
  • Portrait du monde, Éditions P.O.L., 1988.
  • La Reconstitution, Éditions P.O.L., 1988.
  • Onze romans d’œil, Éditions P.O.L., 1988.
  • Journal du regard, Éditions P.O.L., 1988.
  • La rumeur de l’air, Éditions Fata Morgana, 1986.
  • La rencontre avec Tatarka, Éditions Talus d’Approches, 1986.
  • Fables pour ne pas, Éditions Unes, 1985.
  • L’enfer, dit-on…, Éditions Herscher, 1983.
  • La chute des temps, Éditions Flammarion, 1983.
  • Poèmes 1, Éditions Flammarion, 1983.
  • La moitié du geste, Éditions Fata Morgana, 1982.
  • L’été langue morte, ÉditionsFata Morgana, 1982.
  • Bruits de langues, Éditions Talus d’Approches, 1980.
  • D’une main obscure, Éditions Fata Morgana, 1980.
  • Le Château de Hors, Éditions Fata Morgana, 1979.
  • Le 19 octobre 1977, Éditions Flammarion, 1979.
  • Une messe blanche, Éditions Fata Morgana, 1977.
  • Lecture du chilom, Éditions Brandes, 1977.
  • L’Outrage aux mots, Éditions Pauvert, 1975.
  • Treize cases du je, Éditions Flammarion, 1975.
  • Le Dictionnaire de la Commune, Éditions Hazan, 1971.
  • À vif enfin la nuit, Éditions Fata Morgana, 1968.
  • La face de silence, Éditions Flammarion, 1967.
  • Extraits du corps, Éditions Minuit, 1958.
  • Les yeux chimères, Éditions Caractères, 1953.

Poèmes de Jean-Paul Daoust

*

Dedans le miroir

La vieillesse neige

Le corps nous nargue

Je me poste

Les yeux pharaon

Devant le désert

*

Un vent léger joue de la mandoline

Dans les branches du saule

Créant une musique de déluge

Sirocco fiévreux arrachant les roses de sable

Quand les lucioles de la mort scintillent

*

J’ai été un corps qui a appris à germer

Dans la serre de tes étreintes

*

Jean-Paul Daoust a publié plus d’une quarantaine d’ouvrages de poésie, deux romans et un recueil de récits intitulé Sand Bar. Lauréat du prix du Gouverneur général (1990) pour Les cendres bleues, il a été directeur de la revue de poésie Estuaire de 1993 à 2003. Le vitrail brisé (2009) a remporté le Grand prix Québecor du Festival international de la poésie. Poète en résidence de l’émission « Plus on est de fous, plus on lit » diffusée sur la première chaîne de Radio-Canada, ses Odes radiophoniques ainsi qu’une réédition en format de poche de 111, Wooster street ont paru aux éditions Poètes de brousse.

www.jeanpauldaoust.com

Photos de Jean-Paul Daoust - Babelio.com

Disparition de Bruno Roy, fondateur des éditions Fata Morgana

Bruno Roy avait fondé les éditions Fata Morgana en 1966. Il s’est éteint à l’âge de 81 ans.

Il a publié une impressionnante galerie de grands auteurs : Maurice Blanchot, André Breton, Roger Caillois, Paul Celan, Emil Cioran, Michel Foucault, Philippe Jaccottet ou encore Henri Michaux. L’éditeur Bruno Roy, fondateur en 1966 des éditions Fata Morgana, est mort le 15 septembre dernier. Il était âgé de 81 ans.

Aussi prestigieuses que confidentielles, les éditions Fata Morgana, basées à Saint-Clément-de-Rivière, dans l’Hérault, sont connues pour l’exigence de leur catalogue et leur fabrication extrêmement soignée. Spécialisées dans les domaines des arts et de la littérature – même si elles ne publient pas de romans –, elles sont aujourd’hui dirigées par David Massabuau.

Fata Morgana partage son activité entre les livres vendus en librairie et les livres pour bibliophile, destinés aux lieux d’art tels que des galeries. La maison, aujourd’hui la plus ancienne toujours en activité dans la région Occitanie, publie une trentaine de nouveautés par an. Pierre Bergounioux, Jonathan Littell ou Eric Chevillard figurent notamment à son catalogue récent.

En plus de son activité d’éditeur, Bruno Roy fut également pendant longtemps professeur de sociologie.

Il sera sans doute peu question de cette disparition. Et pourtant… quelle liberté il donnait à ses auteurs, celle de vivre hors de l’ambition, de la vanité, de la concurrence, de continuer à écrire infiniment à notre guise sur la première page blanche que nous avions trouvée en arrivant si tardivement sur la terre. Reposez en paix, Bruno… ou pas… car je me demande tout à coup si l’on peut sans vous trahir formuler ce vœu pour vous.

Previous Older Entries

Follow Christophe Condello on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :