Citation de Christophe Condello

Une belle femme embellit non seulement les paysages mais aussi nos âmes

02/05/2018

Publicités

Des natures

Je suis dans une prison

dont on ne peut s’échapper

chaque geste, chaque intention

devient un défi à relever

les souvenirs restent

ce qu’il y a de plus vif en moi

une pomme n’est plus une pomme

sur la table

c’est une idée qui rejaillit

telle une source lointaine

le goût délicieux des années

aux matins si sucrés

 

aujourd’hui je suis proche

de la nature mère

mes doigts déjà

ont commencé à disparaître

sous la terre

je sens le lit moelleux

de l’éternité

prêt à m’accueillir

comme un bouleau naissant

et sa sève

 

27/04/2018

­

Citation de Christophe Condello

L’amour, c’est ton coeur qui bat vraiment quand l’autre est à l’intérieur

Haïku de Christophe Condello

Bourgeon enfin

au coeur

du verglas

15 avril 2018

Haïku de Christophe Condello

Une larme après l’autre

sur tes joues

et le soleil dedans

08/04/2018

Le 3ème jour

Soulever le drap

faire rouler la pierre

marcher quelques pas

multiplier le temps

relever les yeux et voir le lieu

où le souffle renaît

après l’hiver

 

enfin entrer

invisible

dans la lumière

 

Christophe Condello 02 avril 2018

En paix

Je veux rentrer chez moi

après toutes ces années

passées dans le passé

je veux rentrer chez moi

retrouver mes montagnes en coton

les matins parfumés

au beurre noir de mes yeux

je veux à nouveau respirer

la terre mouillée

et les meules de foin

la lavande des femmes

mille bagues de blé

me blottir dans la chaleur

le soir

des flammes de l’amitié

je suis si loin de moi

que parfois je me demande

si je ne suis pas perdu

dans un corps étranger

je ne reconnais plus

mes gestes les plus simples

j’ai hâte de ressentir

les vents si familiers

les odeurs d’automne

les châtaignes et les mandarines grillées

la pluie qui purifie

les blessures les plus profondes

je veux rentrer chez moi

sur un bateau au ventre vide

par delà les mers sans horizon

parcourir le jardin de mes premiers pas

réentendre le chant des cigales

et aller cueillir quelques fleurs d’enfance

 

je veux aller vieillir

entre ces murs immenses

dans la maison qui m’a vu naître

et que l’aube caresse

d’une main sûre et chaude

le souvenir de mon père

le coeur de la pierre

 

ma chevelure blanche

 

Christophe Condello

17 mars 2018

 

Haïku de Christophe Condello

Neige blanche

étincelles de feu

chevelure blonde

25/02/2018

Vies Particules de Mathieu Brosseau

Givre

Mes yeux voient encore

cette vieille maison           blanchie

cachée derrière les bosquets

des heures anciennes

 

où rien ne contredit le noroît

 

si nous avons été ce qui s’est tu

et le silence

 

qui entaille les ciels

de givre

 

cette voûte lactescente

où nous aurions pu nous aimer

 

Christophe Condello 17/02/2018

Previous Older Entries

Follow Christophe Condello on WordPress.com