Claude Luezior


*

 HEURTOIR
                              (survivre)

                      Je heurte
                      Parce que je suis heurtoir
 
                      à cette porte
                      presque morte
                      où résonnent les gonds
                      de vaines purifications
 
 
                      Je heurte
                      Parce que je suis heurtoir
 
                      sur la fracture    
                      sur les blessures
                      où vibrent mes suppliques
                      et mes prières faméliques
 

                      Je heurte
                      Parce que je suis heurtoir
 
                      et m’agenouille
                      sombre fripouille
                      à l’échancrure des souvenances
                      aux éboulis des insolences
 
 
                      Je heurte
                      Parce que je suis heurtoir
 
                      est-elle encore si farouche
                      ou orpheline, ma manouche
                      ou dans les bras, belle grivoise
                      d’un prince qui l’apprivoise

 
                      Je heurte
                      Parce que je suis heurtoir
 
                      ma pogne se boursoufle
                      sur ce cœur que je maroufle
                      de mes cris sans blasphème
                      de mes râles qui s’enchaînent
 
 
                      Je heurte
                      Parce que je suis heurtoir
 
                      à cet airain d’outre-tombe
                      au chaos d’une catacombe
                      où mes rêves hallucinent
                      après la marche des guillotines
 
 
                      Je heurte
                      Parce que je suis heurtoir
 
                      pour qu’elle m’ouvre
                      sa croupe
                      pour qu’elle découvre
                      ma coupe
 
 
                      Je heurte
                      Parce que je suis heurtoir
 
                      et je heurte
                      heurte sans tympan
                      et je heurte
                      jusqu’au sang

*

d’un souffle 
tu ériges
et dédies
aux retrouvailles
ce que tes rêves
ont deviné

lire ensemble
ces minutes
du pacte vital
que fige
la tendresse

brûlant rituel
des caresses
qui fécondent
le désir

oraisons
 barbares
   pour exhumer
                                                                          la vie

*

Écrivain suisse d’expression française, Claude Luezior a accompli ses études primaires et secondaires à Berne, Fribourg et Philadelphie puis a étudié aux universités de Fribourg et de Genève, aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) et au CHUV à Lausanne, au Queen Square Hospital de Londres, à la Mayo Clinic de Rochester (Minnesota) et au Massachusetts General Hospital (MGH) de Boston. Médecin, spécialiste en neurologie (son nom civil est Claude-André Dessibourg), il devient chef de clinique au Centre Hospitalier Universitaire (CHUV) à Lausanne puis professeur titulaire à l’université de Fribourg. Parallèlement à ses activités scientifiques, il écrit sur le plan littéraire depuis son jeune âge mais ne commence à publier que depuis 1995.
 
Sortent dès lors une cinquantaine d’ouvrages, dont une majorité à Paris : romans, nouvelles, recueils de poésie, essais, ouvrages d’art. Tout comme en médecine, il encourage la collaboration multidisciplinaire, donne des conférences, participe à des expositions et à des anthologies, écrit des articles dans des revues littéraires ainsi que des préfaces.

Ses huit premiers ouvrages ont été publiés par Buchet/Chastel, éditeur parisien de Cendras, Valéry, Colette, Durrell, Miller etc. Quatre recueils sont parus chez Encres Vives, collection dirigée par Michel Cosem, prix Renaudot des Benjamins 2003. Pour un tesson de lune a été préfacé par Jean Desmeuzes, inspecteur d’Académie, prix Apollinaire 1964 (que l’on appelle parfois le Goncourt de la poésie)
 
Certains livres de Luezior sont traduits en langues étrangères et en braille.  Il reçoit de nombreuses distinctions, dont le Prix européen ADELF-Ville de Paris au Sénat en 1995 ainsi qu’un Prix de poésie de l’Académie française en 2001 (Hélène Carrère d’Encausse). Le Prix de poésie Hélène Rivière de l’Académie rhodanienne des Lettres lui est décerné en compagnie de Philippe Jaccottet (Grand Prix) en 2001. Luezior  est nommé Chevalier de l’Ordre national des Arts et des Lettres par le Ministère français de la Culture en 2002. En 2013, le 50e prix Marie Noël, dont un ancien lauréat est Léopold Sédar Senghor, lui est remis par l’acteur Michel Galabru, ancien membre de la Comédie française. 

Photo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Follow Christophe Condello on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :