Résultat – Concours pour l’attribution de la revue Cairns numéro 30 l’éphémère de Patrick Joquel


Bonjour,

après plusieurs lectures des 53 poèmes que j’ai reçu de partout dans le monde (un sincère merci à toutes et tous pour cette très belle participation), j’ai sélectionné pour un deuxième tour 9 poèmes, tous de très bonne facture, qui méritaient éventuellement de gagner.

Au final, j’ai déterminé un vainqueur et quatre poèmes dignes de mention.

Voilà les résultats:

Prix Concours pour l’attribution de la revue Cairns numéro 30 l’éphémère va à Geneviève Catta pour Un orage fauve:

Un orage fauve

vient de la rivière

rien qui pèse ou qui pose

mais assez pour dire l’effroi

comme l’écume

nous serions pareils à ma porte, n’est-ce pas

déjà trop ouverte

tant de branches et de racines

oublier ses délires

(je les ai lâchés pour jamais)

Avec Un orage fauve, Geneviève Catta réussit en quelques mots félins à apposer sa griffe.

La poète puise avec talent dans son milieu environnant pour dresser subtilement une passerelle avec un univers intérieur/passé (tant de branches et de racines).

Cette intimité projetée comme une rivière révèle jusqu’à sa porte, trop ouverte.

Félicitation Geneviève pour ce très beau poème.

1ere mention Le costume de Judith Lefebvre:

J’arbore le costume dénudé de plumes

et les oiseaux chassent le sortilège des graminées

sur le chemin de la lune

les asticots ont goûté au climat

laurentien du St-Laurent 

dans le bleu de tes yeux métaphoriques

2ème mention Prière du pain de José Carlos Alonso (Abel Abilheira):

L’Univers a ses griffes peintes en rouge

avec du vernis à ongles où du sang sec

je crois que lui, Il ne s’en aperçoit même pas 

lorsqu’il les enfonce dans nos entrailles.

Souffle vent de l’espoir tes nuages d’amour

apporte un brin d’eau sur cette patrie d’ajoncs et ronces

pour que le blé pousse au milieu de ces épines

et que notre lot dans la forêt stérile

puisse rendre ne serait-ce qu’un mini-pain jaune

Délice entre nos dents fanées


3ème mention Attente de Pierre Turcotte:

évitement naturel

contourné, fenêtre bue

plus que lac disjoint

par transparence

toi, de l’autre côté

en attente et hors de prix

avec tes grandeurs

4ème mention Tableau de Gokhan Demirel:

Océan bleu sur fond de vert…

Tâche de rouge sur blanc d’hiver…

La douceur est d’une ride,

Sur un ton pâle, froid et aride…

Le ciel est un reflet de mystère,

L’aquarelle de joie dans l’atmosphère…

Nos sentiments sont en conflit

Dans un rayon brun qui nous lie…

Et le tout vient combler nos larmes,

Créant ce tableau de bonheur et de charme…

Voilà, 

félicitations à toutes et tous, continuez de lire et d’écrire pour embellir notre monde, et merci pour ces moments de plaisir à vous découvrir.

Christophe Condello 07/02/2022

4 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Vève
    Fév 07, 2022 @ 16:22:38

    Je suis ravie d’être l’heureuse gagnante!
    Très hâte de recevoir la revue.
    Merci, Christophe, pour l’initiative que vous avez lancée.

    Bravo aux autres lauréats! 🤩

    Aimé par 2 personnes

    Réponse

  2. Christophe Condello
    Fév 07, 2022 @ 16:26:42

    Félicitation Vève, et bravo à toutes et tous.

    J’aime

    Réponse

  3. Pierre Turcotte
    Fév 08, 2022 @ 09:27:54

    Merci, cher Christophe, d’avoir sélectionné et publié mon poème.

    Aimé par 1 personne

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Follow Christophe Condello on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :